Gradido offre un avenir plein de vie à la "Génération Reset".

Sécurité et perspective au lieu de la peur et de la solitude

Künzelsau, 11.05.2021 - La "génération Reset" est unie par l'expérience que ses rêves ont été brisés. La vie de cette génération a fondamentalement changé en l'espace d'un an. Un défi d'une ampleur historique attend désormais les jeunes : ils doivent façonner leur propre avenir et celui de la société après la crise. Pour trouver le courage et la force de développer une nouvelle vision et de remettre en question leurs propres valeurs, ils ont besoin de sécurité, de perspectives et de soutien. L'Académie Gradido a déjà développé le modèle adéquat pour ce nouveau départ au cours des 20 dernières années. Autour de la monnaie du bien commun "Gradido", la bionique économique présente le programme-cadre pour une vie épanouie dans une communauté vivante. Et les portes de l'institut de recherche libre sont grandes ouvertes à tous ceux qui veulent s'engager sur la voie d'un avenir digne d'être vécu.

Empêchés au départ

Le terme "Generation Reset" a été créé par le chercheur Simon Schnetzer, spécialiste de la jeunesse. Il englobe les adolescents et les jeunes adultes qui ont été perturbés dans une phase sensible du développement de leur personnalité. Nombreux sont ceux qui ont perdu le sentiment d'avoir le contrôle de leur vie : "Le Corona vient et passe, ce qui reste, c'est la remise à zéro qui change la vie." Les bouleversements sociaux et économiques ont modifié de manière fondamentale et permanente la vie et la biographie de la jeune génération. Ils doivent encore reprendre confiance en la vie commune, dans l'économie, la politique et l'avenir. L'auteur de l'étude "Jeunes allemands 2021", récemment publiée, conclut : "Ce dont les jeunes ont le plus besoin, c'est d'une perspective. Qu'ils ne soient plus victimes de la crise et du système, mais qu'ils fassent partie de la solution en façonnant l'avenir."

Le savoir-faire numérique n'est pas une panacée

Selon le célèbre futurologue Klaus Hurrelmann, les perspectives d'un nouveau départ réussi de la "Génération Reset" ne sont pas du tout mauvaises. Le professeur de santé publique et d'éducation à la Hertie School of Governance a accompagné l'étude. Il estime que les jeunes bien formés et affinés au numérique seront encore plus courtisés par les entreprises à l'avenir, "car tout bascule vers ce mode de productivité." Cependant, selon M. Schnetzer, "l'éducation numérique ne peut pas remplacer ce dont cette société a le plus besoin à l'heure actuelle : Participation et cohésion. Selon les résultats de l'étude actuelle, les souhaits les plus urgents des jeunes en matière de politique sont les suivants : davantage de possibilités de s'engager, un meilleur système éducatif, une action plus décisive en matière de protection du climat, le renforcement de la cohésion sociale et une orientation plus sociale et écologique du système économique.

Les médias sociaux ne remplacent pas la convivialité

"Nous voulons donner à tous les jeunes un bon avenir. Pour beaucoup, la protection de nos bases naturelles de vie est très importante", rappelle également Margret Baier, propriétaire de l'Académie Gradido : "Faire basculer encore plus notre vie sociale dans le numérique serait une voie totalement erronée. L'état naturel est la symbiose. Nous avons besoin d'un nouveau sentiment d'appartenance - être ensemble au lieu d'être seuls." Ceci est également confirmé par un récent rapport du journal culturel NDR. Là, des jeunes âgés de 20 à 40 ans, bien connectés et ayant réussi professionnellement, font un rapport très impressionnant sur l'agonie de la solitude dans leur vie. Dans son livre du même nom, "Die neue Einsamkeit" ("La nouvelle solitude"), la jeune auteure Diana Kinnert décrit également : "Toutes les études disent que toutes les jeunes générations sont extrêmement solitaires, bien que nous soyons en fait la génération la plus accessible et la plus connectée de tous les temps. Et j'interprète ça comme une retraite. Et ce, en raison de l'attente excessive, de la complexité, de l'accélération et de la fragmentation."

Les jeunes ont droit aux désirs et au développement de leur vie.

Le professeur Gerald Hüther, chercheur réputé en neurologie, mettrait lui aussi un terme à cette tendance. Dans le podcast de Gradido intitulé "Confiance, sécurité et perspective", il a déclaré : "Ce serait un désastre si nous élevions une génération d'enfants à refouler leurs propres besoins vitaux - afin qu'ils fonctionnent comme des robots." (https://gradido.net/de/episode-15) Kinnert attribue à l'économie la responsabilité de "l'épidémie de la nouvelle solitude" : "Les jeunes d'aujourd'hui nomadisent d'un emploi à l'autre. Il n'y a pas de sécurité. La confiance et l'intimité deviennent des aventures." Bernd Hückstädt, cofondateur de l'Académie Gradido pour la bionique économique, plaide lui aussi pour une transformation du système économique et financier actuel : "Nous devons regagner la confiance des jeunes en leur offrant sécurité, égalité des chances et la possibilité de se développer. Et tenir absolument compte du besoin d'échange, de proximité et de communauté de chacun."

Le modèle Gradido, que les experts en bionique économique ont développé pendant plus de vingt ans sur la base de modèles de réussite de la nature vieux de plusieurs milliards d'années, peut répondre à ces souhaits. Grâce au "revenu de base actif", chaque personne a la possibilité de "participer sans condition". Elle peut contribuer à la communauté par des activités qu'elle choisit librement et assurer ainsi ses besoinds de vie. Le meilleur développement possible de l'individu devient l'objectif déclaré de tous, car ce n'est qu'ainsi que chacun peut apporter sa plus grande contribution possible à la communauté. Un système éducatif équitable en fait obligatoirement partie. Des fonds distincts pour les dépenses de l'État et environnementales garantissent l'approvisionnement de la communauté et la protection de la nature. En outre, le modèle de la monnaie de bien commun est basé sur l'abandon du principe de la monnaie de la dette. Au lieu de cela, 3000 Gradido (GDD) sont créés par habitant, qui sont utilisés à parts égales pour le revenu de base actif, le fonds d'État et le fonds environnemental. Un cadeau pour les jeunes, qui sont ainsi soulagés de la crainte d'hériter des montagnes de dettes insurmontables. Et une toute nouvelle chance pour la coexistence joyeuse et confiante entre les différentes générations.

Le besoin de proximité est essentiel pour le système

À la fin de son oeuvre impressionnante, Diana Kinnert déclare : "Le besoin de proximité est systémiquement essentiel." Les experts en bionique économique de l'Académie Gradido ont également fondé leur modèle sur cette idée, créant ainsi les bases d'une forme de coexistence qui tient compte de ce besoin élémentaire ainsi que du grand désir de coexistence dans la confiance et de l'épanouissement personnel par le développement. "Cela peut sembler une utopie", explique le bioniste économique Hückstädt, "mais maintenant que la crise récente a mis en évidence les nombreuses failles du système actuel, c'est le moment idéal pour essayer, comme alternative, le chemin que la nature a si volontiers tracé pour nous - afin que nous puissions enfin vivre tous ensemble, soignés et épanouis. Nos enfants méritent cette chance, et j'espère qu'ils la saisiront."

Détails sur le modèle Gradido et épisodes intéressants du podcast Gradido sur www.gradido.net.

À propos de l'Académie Gradido
L'Académie de bionique économique de Gradido a mis au point une autre "monnaie du bien commun" basée sur les modèles de la nature. La nature suit la règle selon laquelle ce n'est que lorsque quelque chose disparaît que quelque chose de nouveau peut émerger, et donc qu'une amélioration (évolution) à long terme est possible. La recette de son succès est le "cycle de la vie". Si notre économie suivait également ce cycle naturel, alors, selon l'évaluation des économistes en bionique économique, pratiquement tous les problèmes monétaires du monde pourraient être résolus. Le modèle Gradido est basé sur l'idée que non seulement chaque personne, mais aussi chaque État, reçoit des revenus générés sur la base d'avoirs. Les États peuvent ainsi remplir toutes leurs tâches sans avoir à percevoir d'impôts. La déflation ou l'inflation font partie du passé. L'économie est libérée de la contrainte constante de croître, le danger d'effondrement du système financier est enfin écarté.www.gradido.net)

Personne de contact pour les médias :
Märzheuser Communication Consulting GmbH
Michael Märzheuser
Partenaire de gestion
Maximilianstrasse 13
80539 Munich
Téléphone : +49 89-203 006-480
Courrier électronique : gradido@maerzheuser.com
Internet : www.maerzheuser.com